Skip to content

[Com] Instant Nostalgie : un voyage dans le temps – 1re partie

Ce qui est apparu clairement au fil des dernières semaines, à compter de l’annonce à la Gamescom, c’était que l’idée même d’un jeu The Settlers parfait pouvait grandement varier d’un joueur à l’autre.

Les expériences que vous avez tous vécues et les souvenirs toujours positifs que vous en gardez sont tous différents. Chacun de vous les considère comme indissociables de The Settlers.

À l’occasion de la sortie de l’History Collection, les versions remasterisées de tous les titres majeurs de notre saga préférée, nous avons décidé de demander à certains parmi vous quel était leur « instant The Settlers » favori : des souvenirs qui reviennent à l’esprit quand on parle des Settlers, des anecdotes sur des victoires triomphales, des parties multijoueur jusqu’au bout de la nuit ou des ratages complets où tout a mal tourné.

The Settlers I, sorti en 1993 sur Amiga et en 1994 sur PC… vous êtes nombreux sur les forums ou les réseaux sociaux à vous souvenir d’avoir joué avec des disquettes (d’ailleurs, vous êtes quelques-uns à les avoir gardées… impressionnant !).

Caesar III a été « contaminé » par un ami :

À l’époque, ça devait être en 1994, mon père avait acheté un Amiga 500 pour la famille. Un peu plus tard, il a aussi acheté l’extension de RAM 512 Ko. On s’est vite aperçu qu’on pouvait s’en servir pour jouer, et peu à peu, on a enrichi notre ludothèque.

Un jour, on est allé rendre visite à des amis, et l’un d’eux jouait à un jeu sympa, avec de petits bonshommes qui se baladaient sur les routes et transportaient des trucs. J’étais captivé. Il me fallait ce jeu.

Je me suis retrouvé à jouer quasi sans arrêt, même si l’extension mémoire 1 Mo ne suffisait pas vraiment pour jouer avec les effets audio au max. sur la plus grande carte.

Le deuxième opus, en plus d’entretenir l’esprit de son prédécesseur, intégrait diverses facilités de gameplay, comme par exemple un didacticiel et des descriptions de bâtiments. Quant au fameux « Wuselfactor » dont on parle beaucoup, il y avait beaucoup plus d’animaux qui se promenaient partout, des bâtiments plus détaillés, des navires et différentes factions avec chacune leur style d’architecture.

Mopster a participé à notre concours de captures d’écran en septembre dernier et il nous a fait savoir quel volet de la série il préférait, à savoir The Settlers II.

J’ai dû passer des heures et des heures sur ce jeu, de jour comme de nuit. J’ai même gardé un exemplaire de mon magazine de jeux vidéo préféré avec The Settlers 2 en couverture. Je le lis encore de temps en temps. L’édition Gold tient une place toute particulière dans mon cœur.

La capture d’écran en question remonte à ma dernière session de jeu sur la carte Europe de l’édition Gold de The Settlers 2, avec 8 heures de jeu au compteur, après avoir conquis la totalité de la map, à l’exception du nord-est. Mon cœur industriel se trouve en Italie et en Tchéquie. Par expérience, je savais qu’il fallait franchir les Alpes le plus vite possible, comme une sorte de course contre-la-montre.

Avec The Settlers III, la série a changé de braquet, avec à nouveau Volker Wertich aux manettes : plus aucune route et des commandes plus directes, que ce soit pour vos géologues ou pour vos soldats, et c’était ça le vrai gros changement. KeepCalmCarry92 se souvient :

J’ai adoré The Settlers III. À l’époque, j’ai passé des heures interminables à y jouer. Pour moi, ce n’était pas n’importe quel jeu dans le genre simulation/STR, c’était LE JEU. C’est surtout le souci du détail et la variété du gameplay qui m’avaient frappé : 3 factions différentes (Asiatiques, Égyptiens et Romains), un monde coloré, vivant, avec des bâtiments propres à chaque faction et une campagne Solo avec une animation d’intro où les dieux se la coulaient douce dans leur temple et devaient choisir l’un de leurs peuples pour repartir de zéro.

En même temps, The Settlers III a conservé plusieurs traditions : les soldats pouvaient être améliorés et vous pouviez toujours agrandir votre territoire en construisant des tours ou des châteaux. Sur le plan économique, le jeu n’avait pas changé non plus : les pêcheurs, fermiers, boulangers et bouchers se chargeaient d’approvisionner vos mineurs pour qu’ils extraient le charbon et le fer indispensables à votre industrie lourde.

N’oublions surtout pas les personnages principaux de la série : les porteurs !

Peu importe qu’ils soient limités aux routes, où il fallait soigneusement placer des drapeaux, ou qu’ils tracent leur propre chemin : rien ne pourrait fonctionner dans votre royaume sans ces industrieuses petites abeilles.

Fait curieux, ces héros méconnus n’ont été à l’honneur que dans très peu de discussions sur les anciens titres ou sur le prochain The Settlers. On a beaucoup parlé des tours, des routes et des drapeaux, du meilleur moyen de contrôler vos soldats ou du cri d’excitation des géologues quand ils trouvent du minerai. Mais les porteurs ? Quand on parlait d’eux, c’était pour se plaindre qu’ils se retrouvaient coincés dans les marécages de The Settlers III. Pourtant, les porteurs mériteraient bien qu’on leur rende hommage, non ?

Mais bon… concluons plutôt avec un autre souvenir nostalgique de The Settlers 1 et quelques espoirs pour l’avenir, par gekillte :

Ce jeu m’a littéralement scotché à mon PC. Il n’y avait rien qui pouvait m’en décoller. J’y jouais toujours par sessions de plusieurs heures. Je m’amuse toujours autant, parce que c’est le tout premier volet et qu’il a une certaine logique. Tout est parfaitement sensé. C’est pour ça que j’attends le prochain jeu avec impatience. J’espère qu’il pourra s’inspirer de certains aspects du jeu, l’économie notamment. Dans The Settlers 1, c’était toujours très clair quand je produisais trop ou pas assez, et c’est pour ça que j’aimais ce grand classique.

Le plus surprenant, c’est que vous êtes nombreux à nous écrire que vous jouez encore aux anciens jeux ou que vous y retournez de temps en temps. Ce n’est donc pas qu’une question de nostalgie pour des jeux qui remontent à une vingtaine d’années.
Et ce n’est qu’une toute petite partie de toutes les histoires que vous nous avez données à lire dans les commentaires, ici sur The Settlers Alliance, dans les forums ou sur les réseaux sociaux. Avec la sortie prochaine de l’History Collection, nous allons tous pouvoir revivre ces souvenirs et nous en créer de nouveaux. Et les occasions ne manqueront pas en multijoueur !

À l’occasion du lancement de The Settlers History Collection, il y aura un stream dédié le 15 novembre avec un invité spécial : Volker Wertich en personne. Rejoignez-nous pour remonter le temps en mode nostalgie, avec du gameplay de The Settlers 3 à la clé, et un petit cadeau en prime.

Et si vous n’avez pas encore partagé votre petite histoire personnelle sur The Settlers, n’hésitez pas à le faire dans les commentaires, plus bas. Nous partagerons la nôtre d’ici peu.

de en es fr it pl ru

Soyez le premier à commenter